Derniers entrainements

rpmLes derniers entrainements avant la première course du paris running sont finis, auront-ils porté leurs fruits?
Ce que je peux dire c’est qu’ils auront été très intenses

Lundi, première surprise, la prof du bodyscult a changé. Ils l’ont remplacé par un homme; et là, il n’y a pas photo. Le but était de rendre le cours plus dur pour les hommes. Et bien, c’est réussi. Le cours a été un mix de cardio et de body barre light. Le body barre pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une barre chargée de poids, un step et un tapis pour faire tout un tas d’exercices pour muscler tout le corps sur de la music.
Ce que j’ai bien aimé, c’est la musculation des jambes. Moi qui en ai besoin avec mes genoux ça tombe super bien. Ça a aussi l’avantage de contrebalancer la perte de masse induite par les entrainements d’endurance. Et oui pour ceux qui ne sont pas au fait, l’entrainement d’endurance à outrance entraine souvent une perte de masse musculaire. Dans certains cas, il faut contrebalancer, par de la musculation voire arrêter l’entrainement d’endurance. Ne vous inquiétez pas dans le dernier cas c’est souvent pour les sportifs de très haut niveau qui pratiquent ça 7jours/7 toute l’année.
Du coup, le cours a été intense, je n’ai jamais autant transpiré, et fait travailler mes muscles. Pour les abdos, j’arrive enfin à faire un cours complet. Mais qu’est ce que je souffre!

En revanche, dans mon nouveau planning il y a le RPM le lundi après le body barre. Bon là, ça a été dur, mais il n’y a le 2ème effet kisskool, à savoir 2ème surprise. La prof n’étant pas là ils l’ont remplacé par un mec qui vient à la salle tout le temps. Et lui, comment vous dire …. c’est un grand malade. Même ceux qui font du RPM habituellement ont souffert. En gros le RPM ça doit monter et descendre sur 9 chansons, soit 30 à 45 minutes. Comme on a commencé en retard il était sûr que je ne puisse aller à 45min, j’en ai fais 37 min. Mais comment vous dire, là c’était … comment vous dire … la première pensée qui me vienne à l’esprit c’est une chanson de Sinsemilia :

Ici c’est Comme dans une course à la fois sprint et marathon
On est toujours à fond toujours à fond obligé de tenir bon
Comme dans une course à bout de souffle !! sans droit à l’abandon

Et bien c’était exactement ça. Et comme moi j’ai l’âme d’un compétiteur, quand il regarde et dit, « Bon pour ceux qui peuvent, on monte encore la résistance« ; et bien je le faisais. Je suis sorti de ce cours épuisé, j’y ai bus 1/2litre d’eau en 30 min, mes jambes, entre le bodyscult et ça, ont souffert le martyre.
J’ai tellement transpiré que je me suis déshydraté et choppé un mal de crâne pour le reste de la journée.

Enfin, le mercredi, le vélo plus le cours de bodycombat on été plus soft ce qui m’a permis de récupérer un peu de ce lundi. L’effet bénéfique c’est que je m’étais tellement vidé que j’avais un sentiment de plénitude et de voler les jours qui ont suivi.

Les entrainements sont finis avant la première course, on va voir s’ils auront porté leurs fruits. RDV dimanche sur le bitume du 14ième.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.