VT Speed 3200 2019 – kilomètre vertical – récit

Le VT Speed 3200 2019 c’était il y a maintenant 1 mois le Samedi 10 Aout 2019.
Cette course venait pre-cloturer ma semaine de stage de trail à ValThorens.

Le Vendredi 5 comparses m’avaient rejoints à ValThorens pour participer aux 2 trails du WE. Parmis eux, Stéphane et Florent étaient déjà venu l’an dernier et avaient fait un super récit de leur KV.

Cette année ils vous raconteront leur trail du dimanche car mine de rien, ca a progressé grave !
En attendant revenons sur cette édition du kilomètre vertical des VT Summit Games qui a légèrement changé

VT Speed 3200 2019 – du changement

Et oui cette année le parcours est complètement différent, pas de monté à la cime Caron le téléphérique étant en réparation.
Départ à 2000m arrivée à 3000m, parcours légèrement plus long, et sur le papier plus facile que les années précédentes. Pas de neige non plus, les canicules sont passées par là.

J’ai du faire un recalcule des pentes qui étaient fausse sur leur doc, donc c’est une approximation, sachant qu’au milieu sur 100 – 200m de course ca redescend légèrement, et qu’a un moment j’ai coupé sans m’en rendre compte droit dans la pente ! Mais je n’étais pas le seul d’où le passage à 44%.

VT speed 3200 2019 l’avant course

Comme chaque année on se retrouve au centre de la station avant de rejoindre au petit trot la ligne de départ.
Séance photo pour tout le monde, avec les potes, les personnes du stage de trail, Julien Chorier tout y passe.
La météo est nuageuse ce ne sera pas plus mal pour ce genre de course très physique comparable à un 10km.

Nous voila parti dans cette jolie descente pour rejoindre le départ 300m de D- en contre bas. (trait orange sur la carte.

C’est l’instant photo Parisien cette fois comme on est beau avant cette montée.
Certains n’emmènent pas large je vous le dis.

Objectif pour moi cette année passer sous l’heure malgré des ischio en feux suite à la dernière journée de stage et un fameux fraco 30/30 à 2400m d’altitude. Merci Jean Pierre.

VT Speed 3200 2019 place à la course

On n’est plutôt bien placé pour le départ ca change, mais les chèvres que vous voyez derrière nous vont nous jouer quelques tours.

Et effectivement au passage des premiers coureurs elles décident de nous suivre et se mêle au peloton de coureurs.
Du coup je me fais la première montée derrière l’une d’elle.
Devant j’ai l’impression ca part super fort, on n’a pas le droit au bâton mais de toute façon dans ma prépa diagonale des fous comme je n’y aurait pas le droit j’y suis allé sans.

Ce que je n’avais pas prévu c’est la single après 100m de D+ et je me retrouve coincé derrière des personnes qui ne sont pas dans le rythme du tout.
C’est le problème sur ce genre de course, si tu pars trop vite, dès que la pente redescend t’exploses et c’est un peu le cas des 3-4 mecs devant moi. Et à mon avis la course a du être longue pour eux !
Et ca se verra sur mon cardio.

Du coup bennant m’allant j’attends et le Graal viendra du fort dénivelé et de la fin de cette single.
Passage au 300D+ dans les temps pour être sous l’heure, mais ensuite j’ai la tête dans le guidon et tire tout droit, sauf qu’apparemment c’était sur la droite. Et je peux vous dire que ca pique grave dans les jambes.
La pente moyenne est à plus de 40%, voir je dirais 45% par moment. J’ai l’impression d’être scotché au sol. Mais au passage à 400D+ surprise j’ai perdu du temps mais pas tant que ça.

Le passage compliqué

Je sais qu’à 500D+ y a un replat, enfin c’est ce que je pense, avec le ravitaillement.
Mine de rien j’ai soif, car j’ai complètement loupé mon hydratation avant course.
Je suis parti sans rien et donc pas bu depuis le centre de la station. Normalement faut boire jusqu’au début de course !

Et là surprise, y a bien le ravitaillement mais ca redescend derrière. Et moi avec mes ischio en feux impossible de courir. Je me fais doubler sur cette portion en descente. Et je ne peux vraiment pas accélérer.
Ca met un moment à remonter et là c’est sans appel j’ai mis près de 3minutes de plus que prévu.
Alors ok c’est ma portion la plus rapide en distance au sol, mais c’est aussi la distance au sol la plus longue pour 100D+ et c’est pas la même sur un KV. On compte en 100D+ et non en km au sol.
J’en avais fait l’amère expérience à ma première participation.

Là j’en ai pris gros au moral, rattraper 2 minutes en 400D+ ca va être chaud mais dans les fortes pentes je suis mieux.
Retour sur une pente faible que ne me conviens pas je repère du temps.
La ca devient difficile après plus de 700D+ avalé, et en haut ca hurle les premiers sont sur le finish !

Je regarde ma montre je me dis que pour passer sous l’heure il faudra tout donner pendant 15minutes

Le moment de vérité

Mais voila malgré une pente plus faible, celle ci ne me convient pas, le temps défile pour ces 100D+, maintenant je le sais je ne passerais pas sous l’heure, je m’accroche à la fille devant moi, qui n’est autre qu’une ex championne de France de trail (Maryline NAKACHE) je l’apprendrais le lendemain.

Passage du 9ème drapeau, les 55minutes sont passées c’est horrible, l’approche des 3000m me semble encore une fois terrible niveau oxygène.

Je suis au coude à coude avec un mec qui me félicite de le faire sans bâton, que j’encourage par la même.
C’est aussi ca l’esprit trail, de s’encourager mutuellement.

Le dernier virage approche, et c’est déjà l’heure de course pour moi, objectif non atteint.

Je décide de lancer toutes mes forces dans cette ultime pente et me prends les bâtons de la concurrente que je double.
Impossible de lui en vouloir, elle était à fond et au bout du bout tout comme moi !

Je passe la ligne complètement agars, j’ai vraiment tout donné.
Résultat 1h01:35.
Ce ne seras pas pour cette fois le passage sous l’heure. Je me réconforte avec une 46ème place au scratch sur 250 !
Du coup est ce que je reviendrais l’an prochain pour passer sous l’heure ? Rien n’est moins sur après 4 ans sur les pentes de ValThorens.

Mes comparses finiront par arriver tous un par un avec de très bons temps.
Et bien sur une fois arrivée c’est la fameuse photo des finishers au sommet.
Bon avec les nuages on repassera.
Ce fût encore une fois une super expérience, une très bonne course que cette édition VT Speed 3200 2019 à laquelle j’ai pris énormément de plaisir.
Dommage pour le repas au sommet qui est vraiment un plus quand ca termine à la cime Caron.

Bravo les copains pour cette superbe montée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.