VT Speed 3200 2017 – Kilomètre Vertical

IMG_3138Le Samedi c’est LA course de ces VT Summit Games. Anciennement Val Tho Trophy c’est l’origine de toutes les épreuves, la VT Speed 3200 est la course la plus aboutie de ce week end.

Kilomètre Vertical le plus haut d’Europe avec une arrivée à la Cime Caron à 3160m d’altitude, où vous attendra la Pasta Party et vos supporters.

Pour moi pas de supporter à l’arrivée cette année puisque nous courrons tous

La VT Speed 3200 c’est quoi ?

La VT Speed 3200 est donc le Kilomètre Vertical le plus haut d’Europe.
Départ réel à 2160m pour une arrivée au sommet de la cime Caron à Val Thorens à 3160m.
Entre temps vous aurez couru 4,3Km de course (si vous allez bien droit), vous serez passé par des pentes oscillant entre 12 et 36% (Je pense même 40% !), vous traverserez de l’herbe, des pierriers, des pistes noir de ski et si vous avez un peu de chance; suivant les années; des champs de neige (glace) pour finir votre montée infernale.

VT Speed 3200 - profilPendant une bonne partie du parcours vous aurez un très belle vue sur votre gauche du Mont Blanc.
Je n’ai plus de superlatif pour cette course que je trouve extraordinaire, vos supporters pouvant être là au départ fictif sur la place Caron de Val Thorens, au milieu de la course après 200m de dénivelé au pied du téléphérique de Caron et à l’arrivée au sommet du même nom grâce aux remontés mécaniques gratuites pour l’occasion.
Vous pourrez retrouver mon récit de l’an dernier et ce que j’écrivais déjà sur cette course avant de venir.

 Le VT Speed 3200

Rendez vous à 9H30 place Caron à Val thorens pour le briefing.
Malheureusement en chemin on s’aperçoit qu’il nous manque les tickets de la Pasta Party. C’est bibi qui s’y colle, retour à l’appart en petites foulées. On se dit alors qu’on a le temps, départ prévu à 10H.
Sauf qu’en fait pas du tout, à 10H c’est le vrai départ, et non le départ fictif place caron. Le temps d’arriver et de me changer la photo de groupe est prise et les coureurs partis.

Et voila comment on est bon pour faire un échauffement en mode course poursuite de 2,3Km pour rattraper tout le monde au départ.
J’ai pas eu le temps de boire, paradoxalement il fait chaud, même à 2160m d’altitude. J’ai déjà soif, je ne vais donc pas partir dans les meilleurs conditions.
Un départ réussis où tout se passe bien c’est impossible pour moi. Enfin depuis le temps vous devriez le savoir!

Nous ne sommes pas les seuls à nous être fait avoir sur cette mauvaise compréhension de l’heure de départ, du coup nous attendons tous sur le départ un petit peu.
Ce qui nous laisse le temps de prendre quelques photos.

Le départ

20170805_095820Il fait beau, il fait chaud, on a pas réussis à se mettre devant comme prévu, et cette année je ne ferais pas mes lacets à la dernières minutes. J’ai aussi évité les pieds mouillés dès le départ.

Avec l’expérience de l’an dernier je sais qu’il ne faut pas se fier au kilométrage mais plus au 100m de dénivelé.
Objectif entre 5’30 et 7minutes par 100m de dénivelé pour passer sous 1H de course.

Le départ est donné, on laisse les filles sur place et on part pour tout de suite doubler avec mon pote.
Le premier 100m est assez plat (19% de moyenne) et passe rapidement en moins de 6minutes.
Le deuxième est encore plus plat (12%) et donc plus long en distance, ce qui nous laisse le temps de doubler pas mal de monde et de bien se positionner.
A ce moment de la course on voit encore les coureurs de tête contrairement à l’an dernier.
On passe en moins de 7’30, on est dans les temps, mon pote est juste derrière moi.

Les choses sérieuses commencent 34% de pente

Voilà on rentre dans le vif du sujet.
On sort les bâtons et on attaque la piste à 34% de moyenne. L’an dernier à cet endroit j’étais bloqué du à mon départ catastrophique. Cette année c’est différent la personne devant moi est presque à mon rythme, légèrement plus lente au début mais pas de quoi me déranger outre mesure et m’obliger à dépasser.
Le rythme descend, maintenant il faut cadencer. Le terrain n’est pas propice pour des zig zag afin d’adoucir le pente, mais j’ai du jus je tire droit dans le mur.
6’30 pour avaler ces 100m de dénivelé au lieu des 6 prévus, je me dis que ce n’est pas mal quand même juste histoire de se mettre dans le rythme.
Sauf qu’en voulant accélérer je cale un peu, j’ai les jambes dures, sans doute un effet du fractionné de la veille sur le VT Crazy Cross ou de la voiture.
J’ai mal aux jambes mais je ne suis pas non plus en déperdition comme l’an dernier, ça va encore je pense pouvoir me refaire.
J’entame la technique zig zag il y a de la place, mais je ralenti en temps malgré un dénivelé un peu plus faible.

Nous sommes à 2560m d’altitude et déjà 26 minutes de course et je commence à avoir chaud et soif. Et oui mauvaise hydratation au début !

Il est ou le ravitaillement

Il va falloir que je me fasse une raison le ravitaillement est après les 2760m, ce qui laisse encore 200m de dénivelé à parcourir et ce sont les plus dur à 36%.
Allez on regarde le paysage on se concentre sur les petits virages, je regarde derrière où en est mon pote. Comme l’an dernier il a décroché dans cette portion.
Le fait de ne plus penser aux jambes fonctionne, finalement les gros pourcentages me vont bien, j’avale littéralement ces 100m en 6minutes, 1minutes de mieux que le précédent, mais toujours pas dans le rythme espéré.

Nous sommes à mi parcours du dénivelé, le ravitaillement je le vois je donne tout parce que j’ai clairement soif. Enfin le saint Graal de l’eau ! J’ai mis encore 6 minutes pour passer ce ravitaillement.
Mais parmi les premiers de la course (je dois être dans les 40 à ce moment précis), je suis le seul à vraiment m’arrêter. Je prends 2 verres d’eau, raisin et carré de chocolat. J’en profite pour regarder le Mont Blanc.
Mon arrêt durera 45 à 60 secondes pendant lesquels un grand nombre de coureurs me dépasseront.
A ce moment je me dis que pour passer sous l’heure ce sera très très difficile sauf à accélérer

IMG-20160809-WA0004

En route vers le sommet

Je me sens mieux j’ai l’impression de voler, je double 3-4 coureurs, la pente n’est que de 23% et pourtant le chrono me fait mentir ! 7 minutes pour les grimper. C’est foutu pour passer sous l’heure on tente le 1H05 maintenant
Je ne comprends vraiment pas ce qui m’arrive, j’ai l’impression d’avancer mais non!

300m

Malgré tout je continu vers l’altitude des 3000m. Je suis au top à ce moment, un regain d’énergie venu de nul part. La pente repasse pour tant à 35%, je double encore plus de monde. Ce qui me vaudra au niveau du photographe une photo avec un autre coureur (photo offerte par l’organisation). 6minutes seulement pour ces 100m. Mais je devrais être à 5’30 sur ces portions à plus de 30%.

200m

A cet endroit l’an dernier c’était un champ de neige/glace cette année c’est un pierrier.
On est sur la seconde partie la plus plate et pourtant impossible de relancer pour moi.
Je me bats avec moi même et là je commence même à craquer. Les 1H05 ca va pas le faire non plus.
On longe un sommet et je sais qu’après le virage à gauche j’aurais en visuel l’arrivée

100m

Je pensais que voir l’arrivée me reboosterais mais non je craque total.
Le parcours par rapport à l’an dernier est différent. Pas de tout droit dans la pente, mais un détour sur un chemin moins pentu. J’aurais préféré le tout droit dans le dur à ce moment je suis sur que j’aurais perdu moins de temps. (gauche 2016, droite 2017)

VT Speed 3200 comparaison

L’arrivée

Comme je suis le premier des 4 pas de photos pour moi, je passe la ligne tranquillement avec un Chrono de 1H08:12. Je perds 3 minutes rien que dans les 150 dernier mètres de dénivelé par rapport à l’objectif initial. Un peu déçu, mais j’ai quand même fait 7minutes de mieux que le chrono de l’an dernier.
Derrière moi mon pote mettra 1H12, les dernier près de 2H. Donc ne pensez par que le KV c’est difficile, tout le monde peut le faire. C’est juste que la course est différente de ce que vous avez l’habitude de faire. Et sortir de sa zone de confort dans un tel paysage ça n’a vraiment pas de prix.

powered by EndomondoWPlogo

L’ambiance au sommet est top, j’apprends que Mr Jean Frédéric Chapuis à terminé à peine 2min devant moi.

20170805_112058

L’après course

L’évènement ne s’arrête pas avec la course. Au sommet nous attend une Pasta Party, un DJ, et la remise des prix.
On y passera plus de 2H avec un super soleil, puis à faire de nombreuses photos et discutions très sympa avec les organisateurs..
La deuxième féminine termine en 54 minutes alors qu’elle est maman depuis peu. Bravo à elle, j’ai été très impressionné.

Mon Bilan

Je suis certainement parti un peu trop vite sur cette course, ensuite avec mes habitudes de Parisien je n’ai pas trop su me mettre dans le rythme et avec sans doute un petit manque d’hydratation. Pour finalement explosser dans le final, mais je suis plus préparé au trail de 30Km du lendemain.
Pour preuve mes temps comparatif de la course et ceux prévus

temps_passage_KV.xlsxCette course, la VT Speed 3200, reste un grand moment de ces VT Summit Games, il n’y a rien à redire, sauf si on est tatillon comme moi.
Je vous laisse avec quelques unes de mes photos du jour.

IMG_315320170805_14075220170805_141428

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>