VT Pursuit Trail 30Km 2017 – récit

vt_pursuit_trail_30KmC’était dimanche 6 aout 2017, 3ème jour des VT Summit Games et 3ème course pour moi en 3 jours avec le VT pursuit trail 30Km et 1600D+.

Le dimanche aux VT Summit Games c’est au choix, randonnée familiale, VT pursuit trail 15Km ou 30Km.
Pour finir je voulais faire la course la plus difficile après le marathon du Mont Blanc et me mettre au défi sur ces 3 jours

Chaque fois que je me prépare à une grande course je me dis que je ne boirais pas les 10 jours précédent. Je ne suis pas celui qui prône la diète alimentaire ou alcoolique, chacun fait bien ce qu’il veut. Mais sur un WE de 3 jours ou des grandes courses, j’essaie d’être un minimum raisonnable pour éviter les blessures. Force est de constater que je n’y arrive jamais, qu’il y a toujours un repas entre ami, un anniversaire ou tout autre chose. Cette fois ça ne dérogera pas à la règle, tellement fier que tous le monde est réussi le KV qu’à l’apéritif on a pris du vin rouge, comme le vin blanc de la veille ou encore les bières 3 jours avant de partir.
Je crois que définitivement c’est comme la course il ne faut pas se mettre de barrière, parce que c’est quand on s’en met qu’on échoue.
Tout ça pour vous dire qu’après le repas burger, saucisson avec un peu d’alcool, couché à minuit je suis au taquet pour le trail de 30Km qui démarre à 9H30 du matin.

Présentation du VT pursuit Trail 30Km

La particularité de cette course est un passage sous le glacier du Peclet à 3000m d’altitude, et une course essentiellement au dessus de 2000m d’altitude. Un gros travail pour la respiration.
Pour le reste c’est assez classique, 30Km 1600D+ rien d’exceptionnellement difficile, sauf peut être la barrière horaire de 5H. Enfin ça c’est sur le papier.
Enfin cette course fait la part belle aux femmes avec un départ 30minutes avant pour ces dames pour que les hommes tentent de les rattraper, d’où le nom de pursuit.

départ fille VT Pursuit Trail 30Km

L’avant course

Levé 6H45 après une petite nuit de 6H à digérer mon burger, le sac est prêt de la veille, on est 2 pour le 30Km, une pour le 15Km et une sur la randonnée familiale. On aura des photos !
Au réveil il fait beau, mais les nuages commencent déjà à monter de la vallée. On craint pour la suite.

En se rendant sur le départ, notre crainte se confirme les premiers nuages sont arrivés. Voyons le bon coté des choses, on aura pas chaud comme la veille.

Les filles sont sur le départ, on se repose tranquillement, enfin les autres, car moi je suis excité à l’idée de partir.
Puis séance photo sur la ligne de départ avec Mr Julien Chorier en arrière plan.

depart VT Pursuit Trail 30KmLe départ

Le départ est donnée 30 minutes après les filles, nous sommes partis pour 850m de D+ et 7Km de course en direction du sommet et le pied du glacier de Peclet à 3000m d’altitude.

Nous voila parti tranquille, les premiers sont déjà à fond à peine 500m de courses qu’on a déjà … 500m de retard sur les premiers, ça promet.
Pour l’instant malgré les nuages le temps est plutôt clair et on commence notre crapahutage en direction des sommets, avec moi comme lièvre.

La course VT Pursuit Trail 30Km commence

La montée est bien large, il y a de la place pour que chacun s’exprime en ce début de course avant d’entamer un petit passage un peu technique et bien glissant entre les rochers, pour retrouver de l’herbes et … des rochers. La pente est tout de même raide, on alterne entre pistes de ski, herbes, ruisseau et toutes les autres joyeusetés de la montagne avant d’arriver en haut du stade de slalom de Val Thorens.

20170806_100203Au départ nous pensions que cette montée était comme le KV, sèche, sans redescendre, et là d’un coup après 30minuutes de course on voit un virage à droite et une descente bien sec ! On redescend de 70m en 500M. Pour vous donner une idée, 70m c’est le dénivelé max qu’on peut trouver autour de Paris !
A la fin de cette descente après le passage au dessus d’un ruisseau en levant la tête je vois la légère file de coureur devant moi entamant un tout droit dans la pente pour remonter.

J’avoue que je prends un petit coup au moral. Le voyage, les courses des jours précédent commencent à laisser des traces. Je me ressaisi et je repars de plus belle.

Au kilomètre 5 nous arrivons sur un lac d’altitude et une vue sur le glacier.

Mes amis, le réchauffement climatique faut qu’on en parle.
Ce glacier que je connais bien n’est plus le glacier d’il y a 15, ni même celui de l’an dernier.
C’est vraiment impressionnant le volume qu’il a perdu.
Avant il s’étalait du pied de la grande remonté mécanique de droite, sur toute la largeur de la photo !
Aujourd’hui il n’existe presque plus, cette image me marque.

Glacier de PecletCette monté n’est pas technique, mais le terrain est très diversifié, ce qui sera le cas tout le long du trail, et il faudra surtout faire attention aux nombreux passages de ruisseau, enfin si ça te pose un problème d’avoir les pieds mouillés.

Après une heure de course nous arrivons aux ravitaillements, je pense qu’à ce moment nous sommes dans les 2/3 des coureurs voir la première moitié.
Nous prenons le temps de discuter avec les bénévoles aux ravitaillements et prendre quelques photos avant de repartir dans une descente qui si on omet 1,5Km de montée nous amènera tout en bas à 1900m après 1100M de dénivelé descendu, le KV à l’envers.

20170806_103748

La descente

La descente est particulière en son début puisqu’elle passe par un piste de luge pas très très large, bien pentue avec virages relevés et max de cailloux et ornières.
Grâce à Mr Eric Orton et aux conseilles de son livre No Limit, j’ai appris à faire les descentes et j’ai pu m’entrainer un peu à burres sur Yvette au sud de Paris.
Cette descente arrange clairement les grands qui savent descendre ils ont plus de choix quand à leurs appuis, là ou je suis limité à la distance max entre mes deux jambes.
Le début de la descente est tranquille puis je pars à fond les ballons.

Pas le temps de regarder le paysages, je fais surtout attention où je mets les pieds. Mon pote lui me dépasse rapidement il prend les devant, et on double un maximum de coureurs.
Les deux premier kilomètre de descente malgré les virages sont avalés en moins de 10minutes !

Une fois fait nous remontons tranquille vers le ravitaillement avec un petit 150D+ sur 2Km.

Nouveau ravitaillement sur lequel les dossards sont controllés et nouvelle descente cette fois ci sur une route, enfin route de montagne sans bitume, nous sommes à 2700m d’altitude et cette fois plus de remonté, peut être un peu de plat jusqu’en bas à moins de 1900m.

Après un peu plus de 5 minutes à fond et 1Km de descente, un gros cailloux se fait la malle sous mon pied la cheville gauche vrille, elle se tord je sens le craquement.
Je regarde ma montre 1H46 de course, je me dis que ce n’est pas possible, pas maintenant.
Bon au mont Blanc je me suis tordu la cheville, et finalement je n’ai rien eu, j’espère que ce sera pareil.
A chaud c’est bon pas vraiment de douleur alors je continue la descente, mais j’avertis mon pote un virage en contre bas du potentiel problème.

Mais voila dans une portion droite un caillou vient appuyer sous la semelle au milieu et je sens une décharge au niveau du coup de pied jusqu’au mollet. A mon avis c’est une entorse. Ce se confirmera plus tard, le lendemain à froid surtout.

IMG_3298Du coup je serre les dents, et on continue. Pour l’instant tout va bien, 2H de course tranquille, mais voila ma cheville a tendance a aller vers l’intérieur. Dans une portion étroite, où les nuages sont bas et où je commence à entrer dans le brouillard, elle se pose mal, je dérape et manque la chute de peu. J’y laisse 2 ongles de la main gauche dans un rattrapage digne du meilleur funambule.  Plus de peur que de mal cette fois rien de grave.

Je finis après 2H30 de course pas rattraper mon pote qui est en difficulté sur cette section presque plate, il a faim et mal géré son ravitaillement. C’est son premier trail et le métier qui rentre.
Le décor est sur réaliste, après les pentes lunaire du glacier, nous avons le droit à un lac digne des grands films de Hitchcock, avec son épais brouillard. Lac dont nous ferons le tour complet avant le ravitaillement salutaire. J’étais proche de la fringale après près de 3H de course il était temps.

20170806_121049La montée finale

Après 3H de course nous y sommes, au fond de la vallée, il nous reste 6Km de course et 550m D+ à parcourir en moins de 2H ça devrait le faire.

Le début de la montée est facile, on arrive au dernier ravitaillement on rigole, on se dit « ça va le faire« , mais voila ça commence à être très pentu et je craque complètement à moins de 5Km de l’arrivée. Nous sommes sur des pistes de VTT, le brouillard est à couper au couteau, maintenant c’est dans la tête. Mon pote part devant car je n’avance plus.

Tous les kilomètres je me fais doubler par au moins une personne, je ne sais pas du tout où je suis, ce qui me met le moral à 0. Je n’ai pas fait un seul kilomètre au dessus de 11’30 de toute la course et là j’en fais deux d’affilés en 15minutes chacun, je n’arrive pas à relancer, mais j’avance au mental.
A deux kilomètres de l’arrivée je sais enfin où je suis, ça me redonne le moral. Je rentre dans l’ultime  descente il reste moins de 2Km, je veux courir, mais ma cheville est maintenant froide, et la douleur bien présente. Rien ne sert de forcer, je serais dans les temps.
J’en profite pour une dernière vidéo Facebook en direct, dans le brouillard.

La dernière montée d’à peine 100D+ est terrible je dois m’arrêter 2 fois, l’enchainement des épreuves se fait sentir et la douleur à la cheville n’arrange rien.
Tel le messie, je sors du brouillard pour franchir la ligne d’arrivée en 4H10, après quoi on me donnera le micro pour me demander mon ressenti.

IMG_3328
IMG_3334

Le mot de la FIN

Ce fut un très beau trail, des paysages magnifiques, Du centre de la station au passage lunaire sous le glacier de Peclet avant de retrouver le lac du loup avec son brouillard et une fin à ne plus savoir où j’allais.
Coté parcours il y a presque tous les types de terrain, cailloux, herbe à vache, ornières passage de ruisseaux. Les seuls chemins que vous ne trouverez pas ce sont les racines, puisqu’à cette altitude aucun arbre. La descente très longue fatigue clairement sur le fin et la dernière montée est exigeante.

vt pursuit trail 30Km - profil

powered by EndomondoWPlogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>