Statistiques marathon de Paris 2017

chiffreLe marathon de Paris est maintenant terminé, je voulais vous montrer qu’il était possible de le terminer et plutôt bien (Sub 4H), en ayant une activité physique régulière tout au long de l’année (entre 4 et 6H par semaine), sans se taper des « programmes marathon » qui vous rebutent, mais en faisant quand même quelques sorties longue

Après le récit de mon marathon de Paris 2017, il est temps de décortiquer les statistiques marathon que j’ai pu récolter de l’entrainement à l’arrivée.

Avant de commercer je dois vous faire un rappel, je n’ai pas eu le droit de courir entre le 13 février et le 7 Mars, ce qui représente un gros trou de course même en ayant une activité physique régulière si près d’un marathon.
Je n’avais pas non plus le droit au fitness jusqu’au 24 février.


 Statistiques marathon – l’entrainement

J’ai effectué 33 séances d’entrainement, course, fitness, abdos, gainage … Moins de 3 de moyenne par semaine. (Attention 4 semaines sans entrainement)
Je suis allé en vélo au boulot 20 fois (revenus à peu près 10 fois), j’ai aussi fait 4 fois 10Km de vélo.

Tout ceci pour une durée d’environ 50H en 13 semaines, auxquelles il faut rajouter une semaine complète de ski (je suis un malade je ski de l’ouverture à la fermeture), pour « seulement » 28H30 de running soit un peu plus de 2H en moyenne par semaine.

Niveau distance on est à 500Km tout compris, pour 318Km de course.

mdp_paris_2017_stat_entrainement_kmSur ce graphique il faut enlever 22Km en Janvier (avant les 3 derniers mois) et 42Km du marathon pour le mois d’avril. (via endomondo)

Niveau sortie longue on notera que la plus longue de mes sorties a été d’1H30 avec un sac de 3Kg sur le dos pour 17,5Km à 5’10 de moyenne.
Il y a eu 2 autres sorties longue mais avec des arrêts. Celle faite avec le marathon de Paris de 21Km à 5min par kilomètre et 3Km d’échauffement, mais avec 2 pauses pendant les 21Km. C’est suite à cette séance que j’ai eu ma fracture de fatigue.
Il y a eu celle de reprise de 19Km pour 1H45, mais avec beaucoup de pauses et un rythme faible.

Comme vous le voyez je suis loin de ce qu’on peut lire sur certains forum, quand à la distance à faire et le nombre d’entrainement et pourtant je passe avec un sub 4H. Tout ca grâce au foncier de l’année, et le plaisir pris à faire du sport. Si vous voulez le fond de ma pensée sur les Km par semaine c’est dans mon article sur le sujet.
Par contre il manque clairement 2 vrai sorties longue de 2H et 2H30.


 Statistiques marathon – la course

soleilOn va passer sur les 42,195Km, les 3H59:26 réalisé pour s’attarder en premier sur des stats qui sortent de l’ordinaire.

J’ai passé la ligne de départ à 8H42 il faisait 17°, le soleil était déjà bien présent.
La température à atteint un maximum de 26,5° au soleil d’après météo France.

bouteille_eauJ’ai entre mon arrivée sur place à 8H18 et la fin du parcours bu un peu moins de 3L d’eau, dont 1L dans les 10 derniers kilomètres.
J’ai utilisé 1L pour me le verser sur la tête, le cou et les jambes en fin de parcours.
En même temps vu la température c’est pas étonnant.

Niveau distance mon application a indiquée 42,86Km, soit un écart de 670mètres, soit 1,56% d’écart, on reste dans la norme pour une application téléphonique.

Ma moyenne kilométrique a été de 5’39Km, mon kilomètre le plus rapide aura été le premier en 4’53 qui s’expliquent par le SAS de 3H30 et la descente, sinon c’est le 20ème en descente aussi en 4’55.
Mon kilomètre plus lent 10’45 et 8’48 lors de ma contracture survenue après 38,5Km de course m’obligeant à m’arrêter et marcher pendant 1,5Km. Si on omet ses deux là ce sont les km et 35 et 38 en 6’13.
L’écart entre le plus rapide et le plus lent est donc de 1’18! Ce qui est énorme et significatif soit d’une mauvaise gestion de course soit d’un craquage à la fin.
Dans mon cas ce sont les 2, la mauvaise gestion lié au fait que je n’ai pas pu m’entrainer à mon allure marathon qui devait être de 5, mais seulement de 5’25 après la fracture de fatigue, et le craquage en fin de parcours du fait que je n’avais pas la distance dans les jambes par manque de sortie longue.

Malgré tout j’ai été régulier jusqu’au 30ème kilomètre, même si j’ai quand même commencé à légèrement ralentir en les km 25 et 30. (temps officiel shneider electrique)

allure_marathonComme je vous le disais la moyenne de 5’16 était bien trop élevée, elle aurait du se situer au vu de mes entrainements autour de 5’25.
Les deux derniers km ont été fait dans un rythme correcte qui aurait du être celui ci pendant toute la course.

Le vrai point de rupture pour moi c’est trouvé entre la fin du 33 et le début du 34ème kilomètre, j’ai commencé à faiblir là où j’ai complètement craqué l’an dernier (comparatif 2016 – 2017)

statistiques marathon de paris 2017On voit bien la courbe commencé à monter après le 37 et l’effet de la contracture est sans commentaire.
Pour faire 3H45 (trait rouge), on voit que je suis bien jusqu’au 29ème et que la moyenne tient même jusqu’au 37ème.

Ici Je compare mon marathon de 2016 et 2017

mdp_2016_par_kmmdp_2017_par_km

Les graphique de comparaison de durée moyenne par Km par année : (en vert cette année, en bleu 2016)

statistiques marathon de paris 2017 vs 2016Le distinguo est flagrant, l’an dernier dès le 25ème j’ai eu des soucis, on voit que je craque complet avant d’essayer de me reprendre mais non j’ai pas vraiment pu.
Si on zoom sur l’écart entre les deux moyennes ça donne ceci :

mdp_2017_ecart_vs_2016.xlsxOn voit un démarrage nettement plus rapide, l’écart a toujours été entre 5 et 10, en 2017 un départ plus rapide, en 2016 une accélération entre le 19 et le 24 qui aura été fatale par la suite (cf description  précédent).
La contracture m’a même mis au même niveau de temps que 2016, mais j’étais plus frais malgré la température et j’ai repris dès ça a été possible. A ce moment les 3 dernier Km c’est du mental, ça dure moins de 15minutes, je pense qu’on peut pousser la machine à fond, sauf problème physique.

 Statistiques marathon – fit bit

J’ai gardé ma montre fitbit charge HR pendant toute la course pour la tester et voir ce que ca donne.
Elle indique 40 000 pas pour la course, un cardio moyen de 161, un max à 180 et un min à 118 pendant mon arrêt (j’ai le cœur qui redescend vite)

mdp_2017_cardiocardio_repos_201702_2017_04Passons maintenant aux données hors courses.

Celle la plus intéressante étant le cardio.
Au repos moyen j’ai 56bpm, oscillant entre 54 et 60.

De nuit je descend jusqu’à 43bpm, et en moyenne 46bpm.

A titre de comparaison les cycliste pro on un cardio au repos de moins de 40, et la nuit autour de 30.

Pour en tirer plus d’infos il faudrait que je fasse des tests d’effort pour connaitre mon cardio max. Ceci me permettrait de savoir si j’ai été efficace pendant le marathon ou si comme je le soupçonne je n’arrive plus à me faire mal et donc à faire monter le cardio. Il faudrait un 10Km pour voir dans un premier temps.

Statistiques marathon qui ne servent à rien

Comme beaucoup j’ai voulu voir si mon poids variait.
Pendant l’entrainement rien du tout j’avais des différence max de 1Kg, mais pas de poids perdu toujours +-500g
Par contre j’ai perdu plus de 2Kg pendant la course et une semaine après j’en avais repris 1,5Kg. A voir sur le long terme, mais vu les chocolats de pâques que je m’enfile je vais vite reprendre.

J’ai marché près de 1,5Km.

J’ai terminé dans les 15 000 alors que j’étais dans les 11 000 au Km 5.

Statistiques marathon – le bilan

Voila les chiffres pures et dure de ma course avec quelques explications, si vous souhaitez en voir d’autres n’hésitez pas à me demander je les ajouterais à cet article.
Si vous voulez le fichier Excel qui m’a permis d’obtenir mes courbes je peux aussi vous l’envoyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.