Ma première course

20130609_st_gerPour ma première course je me suis fait embarquer par toute une bande d’amis le 9 juin 2013. Nous voila une dizaine, de tous niveaux, partis pour « Foulée Royale de St Germain en Laye ». Un 10Km en deux boucle de 5Km.

La plus grosse particularité de cette course est une longue ligne droite de près de 2Km sur la terrasse du château de Saint germain avec une vue sur la vallée de la Seine, Paris et la Défense. Et surtout faudra la faire deux fois.

Alors quand comme moi c’est votre première course depuis plus de 10ans, sans repère à part la dizaine d’entrainements de course extérieure étalés sur les 6 derniers mois et la ptite dizaine de séances de renforcement musculaires en salle depuis 3mois, on y va sans trop espérer autre chose que surtout finir et puis si on fait 1H ce sera bien.

La veille je me couche donc tôt, pour bien se préparer. Au réveil le ciel me tombe sur la tête. Je me pose la question si nous sommes bien en juin, le vent souffle, il pleut fort, la température extérieur ne dépasse pas les 10°, la course est dans 2H.

Deux amis viennent me chercher en voiture, ils rigolent, pour eux c’est une formalité, ils ont couru le marathon cette année. Moi de mon coté dans la voiture, je cache mon stress, surtout qu’à 18ans c’était moi qui menait la barre sur ce genre de course avec eux.

Arrivée sur la ligne de départ tout le monde se retrouve rigole du temps, la pluie s’arrête, premier bon signe. Mes parents arrivent quelques minutes, plus tard, j’ai l’impression de me retrouver 15ans en arrière quand il venait voir leur petit au stade courir avec les adultes et faire plus que bonne figure. Là ils savent qu’il en sera autrement.

Le speaker annonce le départ nous rejoignons la ligne de départ qui donne sur cette longue ligne droite de 2Km, et la manque de chance le vent est de face. Bon et bien on fera avec. Dernière photo avant le départ, chacun règle son téléphone et son application. Et oui en 15ans les technologies ont bien changée. Ma montre qui comptais les pas a laissé place à un brassard avec smartphone, GPS, et encouragement en direct par voix. Brassard fraichement acheté dans la semaine pour l’évènement.
Les pulsations cardiaque augmentent c’est le top départ.

Les marathoniens partent sur un rythme d’enfer pendant que moi je me cale avec deux amis sur un rythme d’1H. Je lutte contre le vent de face malgré mon allure frêle et mont ptit poids. Devant moi une grande partis des coureurs, je tourne la tête et là pas grand monde. Bon premier coup au moral.Aujourd’hui il va falloir s’habituer à être derrière.

Au final je cogite un peu dans ma tête et cette foutue ligne droite qui ne finie pas. Après 11:40 enfin le virage vers la forêt, et bonne surprise mon téléphone indique que je suis en avance sur le temps prévu d’une heure, et je rentre dans la foret confiant.

Dans le groupe de mes amis, un est 10secondes devant un autre un peu derrière, et deux filles derrières. Je vais pas faire le machiste mais le but est de ne pas finir le dernier mec de notre groupe.
Je me fixe donc en rythme sur celui qui est devant moi en espérant l’accrocher. Il y a quelques personnes sur le bord des chemins qui vous encouragent, c’est super sympa.

Par peur de la pluie j’ai pris un ancien poncho, sauf que la pluie est partie et le soleil est sorti. Ce qui n’était pas prévu, et la température extérieur et celle de mon corps montent. J’étais revenu au niveau de mon ami devant mais je prends un coup de chaud au 4Km, et me demande quoi faire de ce poncho!
Heureusement cette course se fait en deux boucles et 500m plus loin j’entrevois mes parents sur la ligne d’arrivée je m’empresse de leurs jeter ce truc, et par la même de reprendre un peu de souffle.
Le panneau indiquant le temps au 5Km affiche au loin 29:30, aie j’ai mis du temps à franchir le départ puisqu’au passage du panneau mon téléphone indique 29:09. Près d’une minute d’écart. Ca se confirmera à l’arrivée.

On tourne à nouveau à gauche sur la longue ligne droite ou j’entre aperçoit au loin la grande carcasse de plus d’1m85 de mon ami, il a une centaine de mètres d’avance.
J’ai peut être perdu énormément au niveau physique mais il y a des choses qu’on ne perd pas, à savoir la gestion de l’effort. Mon objectif, le rattraper avant la fin de course et le rattraper assez dans cette ligne droite pour le garder en vue à l’entrée de la forêt.
Je ne panique pas, c’est l’objectif maintenant et ça se sent la ligne droite passe vite 11:10 pour avaler les 2Km, mais par contre au virage je le perds de vu. Mais je continue sur ma lancée, il reste 3Km, à une moyenne de 5:35/km.

20130609_temps

Je remonte énormément de personnes, ça aide pour le moral, parce qu’au 8ième km les jambes sont lourdes. Et là je vois mon ami qui craque un peu. Je le double à 1Km de la ligne à peu près et lui dis de s’accrocher. Là les habitudes reviennent aux galops, on va finir au moral et se faire mal et les temps s’en ressentent. L’accélération a été continue je finis au sprint, et je suis sur d’être sous l’heure. Tout le monde se congratulent fière d’avoir terminé, une amie finie après l’heure tout le monde part l’encourager.

Les temps tombent, 57:17 officiel et 56:24 sur mon application. On gardera le premier temps car mon application n’a pas tout comptabilisée.

J’ai finis ma première course depuis plus de 10ans, je sais maintenant que je suis capable de le faire. C’est ce qui me manquait pour me dire « je ferais le paris running tour » l’an prochain.

Et donc voila vous savez aujourd’hui ce qui a engendré l’origine de ce blog! Enfin en parti.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>