Le jour d’après la Diagonale des fous

Les jours qui suivent je les passes à visiter, un peu surtout autour du volcan, à découvrir la nourriture locale avec la famille qui repartira le mercredi matin. Puis je me reposerais à l’hôtel pendant 3 jours. Repas, piscine, plage seront mes seuls activités en plus de répondre à tous les messages de la famille et amis prémisse de ce qui va suivre et objet de la réflexion du récit que vous venez de lire.

Pendant la course et les jours qui suivirent, après de nombreuses discussion avec Charles, nous tombions d’accord sur la difficulté de cette course, et surtout de ces nombreuses marches. Pendant ces jours je m’étais promis de ne pas recommencer. Que cette course était vraiment trop difficile trop technique, qu’elle n’était pas faites pour moi.

Mais un ultra c’est comme une vie.
Une vie en condensé.
Faite de hauts, de bas, de moments de doutes et de réussite, d’intense émotions de pleurs et de joie pour au final ne retenir que les bons moments.
Ces souvenirs qui vous colleront à la peau toute une vie malgré les difficultés traversées.
Un ultra trail comme la diagonale des fous à la Réunion c’est tout ça à la fois.
Alors c’est sur au moment de descendre de l’avion à Paris je le sais …

… je reviendrais

Mais avant de revenir un jour peut être à la Réunion il y a le retour sur Paris et les amis, et là c’est complètement dingue, je ne m’attendais pas du tout à cela.
Je suis le même à être rentré de la Réunion, mais plus tout à fait le même non plus. Je suis celui qui a survécu qui a traversé ces 170km et 10 000 mètres de dénivelé. Et que je le veuille ou non ca change pour tout le monde. Avec Charles nous sommes ceux qui l’avons fait, qui avons surmonté une épreuve mythique dont beaucoup en rêve sans même l’imaginer pour eux mêmes.
N’importe où, où je vais, ceux qui me connaissent me présentent aux autres comme celui qui a fait l’incroyable, que ce soit avec les amis ou la famille c’est pareil. Et plus de 4 mois après c’est encore aussi fort.

Beaucoup veulent savoir, comment c’était, comment nous l’avons vécu. Je ne compte plus le nombre de verres offerts par les amis des différents groupes de runners d’Adidas. Et comme je l’ai di le mardi de mon retour à Odéon dans ces groupes de running

Merci à vous car c’est grâce à vous que j’ai trouvé la force de m’entrainer et d’aller au bout
Croyez en vous, en vos rêves,
Regardez ces gens à coté de vous avec qui vous courez.
Ce sont eux aussi qui vous motiveront, qui vous donneront envie d’aller courir quand vous n’aurez plus envie
Qui feront que vous vous dépasserez
Vous y trouverez des compagnons d’aventures comme ce fut le cas pour Charles et moi.

J’aurais pu mettre des dizaines de photos mais la page serait trop lourde à charger et je n’ai malheureusement pas de photos de tout ceux que je voudrais afficher avec moi lors de ce retour, alors je vous mets celles qui pour moi montre le mieux l’ambiance qui m’a permis d’aller au bout de cette aventure.

Cette course qui était un rêve pour moi restera comme une marque indélébile au même titre que mon accident 18 ans plus tôt. Comme si le destin m’avait crié que c’était le moment, depuis les dossards gagnés qui m’ont permis de m’inscrire jusqu’à l’arrivée de cette course, 2 fois 18 ans deux tranches de vie.

Alors si je devais vous laissez deux phrases pour vous convaincre de faire ce dont vous rêvez

Suivez vos rêves ils connaissent le chemin

Et puis cette citation de Jonathan Dutrel qui a une histoire encore plus incroyable

Prenez tout ce qu’on vous donne, on sait jamais ca marche.

Sommaire : Un rêve en Diagonale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.