La Réunion – Diagonale des fous

Mon Vol pour la Réunion est prévu le Vendredi 11 Octobre 2019 à 22H, heure de la métropole pour une arrivée à Saint Denis le Samedi 12 Octobre à 7H30, heure de la Réunion.

Le Jeudi j’ai bien préparé toutes mes affaires et bien plus.
La technique habituelle, je pense de la tête aux pieds, puis les affaires du sac, la technologie, la nourriture, la médecine.
Toujours dans le même ordre pour ne rien oublier et j’étale tout par terre. Puis enfin la photo de tout ce fatras que je pourrais regarder dans la journée pour voir s’il manque quelque chose (technique Charles). Bon ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’une fois parti, si j’ai oublié un truc c’est foutu, donc je vais prévoir large, pour la course et les sacs d’assistance. Tout est en triple comme j’aurais 2 voitures d’assistance (mes parents, et ma sœur avec Romain). Là faut imaginer le bazar au sol,

  • 1 Casquette
  • 2 Lunettes de soleil
  • 3 Caches oreilles
  • 4 caches coup (buff)
  • 6 t-shirts
  • 2 t-shirts manches longues
  • 1 veste pour la pluie
  • 1 veste épaisse avec capuche (pour avant et après la course)
  • 3 paires de manchons
  • 2 paires de gants
  • 4 shorts
  • 1 leggins (en trop pour la réunion)
  • 1 jogging (pour avant et après la course)
  • 4 boxers
  • 10 paires de chaussettes
  • 3 paires de chaussures de trail
  • Le sac de trail
  • 4 flasques de 500ml
  • 1 poche à eau de 1,5l
  • 2 Couvertures de survie
  • Téléphone + 3 batteries
  • Frontale + 2 batteries + frontale de secours
  • Le blueteens (électro stimulateur)
  • 2 bandes de strapp en matériel obligatoire
  • Compeed
  • Bande de tapp
  • Ketum
  • Crème solaire
  • Crème pour les pieds
  • Mouchoir
  • NOK
  • Ravitaillement pour un ULTRA (très longue liste personnelle) !

Une belle liste à la Prévert. Et maintenant faut être sûr que le minimum nécessaire arrive à la Réunion pour la course, donc faut scinder entre la valise et le bagage à main qui va frôler les 12kg !

Une fois à l’aéroport un peu de stress forcément j’ai peur de l’avion, alors à l’idée d’y passer plus de 10H ça ne me réjouis pas vraiment, mais j’ai la chance d’être accompagné par mes parents, qui recevront en cadeau un dispatch de mes différentes batteries pour alléger un peu mon sac cabine qui a reçu le poids de mon PC, qui lui contient toutes les informations pour la course.

L’avantage de ce vol est qu’il s’effectue de nuit, alors il y a mieux comme endroit qu’un avion pour dormir, mais ça évitera une journée de perdue. Par contre ce que je n’avais pas prévu c’est que je n’allais pas vraiment dormir. A mon arrivé dans l’avion je ne m’en rends pas compte mais mon siège ne reste pas en position incliné. Forcément je m’en aperçois quand j’ai envie de dormir. Je demande aux hôtesses s’il y a moyen de faire quelque chose, mais à part me répondre « l’avion est plein, il fallait faire la remarque avant le décollage » ; mais bien sûr, on incline le siège avant le décollage c’est bien connu ; elles n’ont pas servi à grand-chose. Faut dire qu’avec la faillite qui secoue les compagnies aériennes en ce moment, chacun c’est rabattu sur ce qu’il a pu comme siège disponible vers la réunion pour pouvoir participer au Grand Raid, tous les avions sont full et le personnel a l’air débordé.
Heureusement un chef de cabine bien plus sympa cherchera une solution après avoir traité le cas de ma voisine de rangée qui a fait un malaise dans l’avion dès le décollage. Ce vol va être sport je le sens. Finalement il me ramènera un collègue qui tant bien que mal arrivera à bloquer le siège en position allongé, et je ne devrais plus y toucher du vol sauf grosse turbulence (qu’on évitera par chance). Du coup c’est bon pour à peu près dormir, par contre pour manger … bah oui le siège est en position incliné, par chance pas besoin de le relever je suis à la dernière rangée du centre de l’avion à côté des toilettes !
J’en profites pour remercier les personnes faisant la queue dans l’avion qui plutôt que de la faire dans l’espace juste après sans siège, la faisaient dans les rangés passagers et plus particulièrement ceux qui trouvant l’attente longue ont pensé que s’assoir sur mon accoudoir et une partie de mon bras pendant mon sommeil était une bonne idée. Heureusement c’est un vol de sportif ; ah oui l’ultra trailer est reconnaissable ; et j’ai remarqué que moins de personnes sont allés aux toilettes (surtout par rapport au retour).

Après plus de 10H de vol et 1H pour récupérer mes bagages je sors enfin de l’aéroport. L’accueil est sympa, une personne avec son petit panneau Grand Raid nous indique où aller, et une grande banderole de l’évènement est déployée à la sortie. Un peu plus loin une tente dans laquelle nous recevons nos premiers goodies, un pot d’accueil, rhum arrangé, boissons locales et nourriture du terroir (samosa, bonbon piment …), le tout avec des danseuses et orchestre. L’accueil est chaleureux, mais un peu en dessous de l’image que je m’en étais fait, sans doute dû au fait que la tente d’accueil est un peu à l’écart ce qui ne ramène que très peu de personnes.

A la réunion j’ai la chance d’être accueilli dans un premier temps par un de mes oncles qui vit à St gilles depuis quelques temps maintenant. Maison cosy, chambre au top, petite piscine, tout ça très au calme. Idéal pour s’adapter au climat et se reposer. Il nous a accueilli au top, on a bien mangé, ces bananes bio de son jardin étaient excellentes. Ce n’est pas pour autant que je suis en vacances la course c’est dans 5 jours, il me reste 2 entrainements à effectuer, trouver la nourriture pour mon ravitaillement perso, commencer à décaler mon sommeil pour être au top à l’heure du départ ; soit 22H à la réunion (H+2 de la métropole). Pour cela je décale au fur et à mesure mon coucher pour qu’il arrive à 2H du matin ; j’ai prévu des séries télé dès que tout le monde dort pour éviter de m’ennuyer. Le cycle de sommeil sera d’un peu plus de 7H, avec un réveil à 9H30. Pour compléter le repos l’après-midi c’est sieste à 16H, de 30 minutes à 1H, pour une grosse forme le soir.

Avec le vol, le samedi je suis un peu décalqué, du coup la journée alternera entre sieste, piscine, et repas en bord de plage le soir. Tranquille comme on dit à la Réunion.

Le dimanche, place à l’antépénultième entrainement après la sieste. Après le réveil je me prépare, je prends mon temps, je regarde vers où aller ; c’est cool ça monte à St Gilles, au programme 1H15. Mais c’est que je n’avais pas bien prévu un truc moi ! A 18H30 rideau, il fait nuit noire ! Pas de crépuscule ou presque, pas de signe annonciateur comme à Paris de l’arrivée de la nuit. Du coup de nuit sans la frontale dans les hauts de St Gilles je manque de me faire croquer par les chiens errants qui pullulent à la Réunion. Ça aurait été vraiment l’accident con avant la course. A mon retour à la maison on se moque clairement de moi ! En même temps je l’ai un peu mérité. Et puis comme j’ai bien transpiré il y a un autre fléau à la réunion, les moustiques ! Là c’était open bar pour eux, le festin qu’ils ont dû se faire ! Après ça je me suis mis à spychoter, car dans l’avion on nous a prévenu d’une épidémie de dingue transmise par les moustiques. Temps d’incubation 2 à 7 jours, génial pile pendant la course. Bon finalement je n’aurais rien mais après 2 ans de préparation à quelques jours, heures du début je flippe un peu de tout ce qui pourrait m’empêcher de réaliser mon rêve.

Le Lundi en me baladant je tombe sur un endurance shop (magasin de trail), j’y fais un ou deux achats de dernières minutes dont une barre énergétique de marque baou que Julien Chorier m’avait conseillé lors de mon stage à Val Thorens. En discutant avec le vendeur qui installe des tables dehors, lui expliquant que je suis venu pour la Diagonale, que mon oncle habite à 300m, il me dit qu’un apéro se prépare pour les clients du magasin et que ‘il y aura du beau monde ce soir et me propose de venir.
Lundi c’est le jour où Charles arrive avec sa mère et sa sœur. Il a réservé un appart à 700mètres de chez mon oncle, j’étais passé devant la veille sans le savoir lorsque j’ai fait ma sortie. Du coup à peine le sachant arrivé je lui parle de l’aubaine de l’apéro à l’endurance Shop. 2H plus tard nous voilà à l’apéro avec quelques-uns des coureurs qui feront cette édition 2019 et Mr Antoine Guillon à qui je poserais cette question :

Si vous aviez un seul conseil à donner ?

Passe la première bosse à la vitesse à laquelle tu penses passer la dernière.

J’ai trouvé Antoine très abordable et vraiment sympa avec tout le monde à quelques jours d’une course aussi difficile à laquelle il est quand même favoris.
Comme le lendemain on doit faire notre dernier entrainement, on en profite pour demander au gars du coin où il faut qu’on aille. Je n’aimerais pas réitérer l’expérience de la veille avec les chiens.

Renseignement pris à 4km de là il y a la savane, ça monte ça descend, ce n’est pas difficile, pas trop de risque de se blesser. Ça tombe bien ça doit être une sortie tranquille, on y passera 45 minutes, avec un début sous la pluie sous le seul nuage noir sur ce côté de l’ile je pense. On prendra toute la mesure des températures de l’ile et de l’humidité, et il est à peine 9H, ce qui valide notre stratégie de vouloir dormir (sieste) en journée et d’avancer quoi qu’il arrive de nuit.

Le mercredi changement de décors c’est le départ pour St Pierre et l’arrivé de ma sœur et son copain Romain. Mes parents ont réservé une petite maison à 3km du départ et 600m du retrait des dossards qui a lieu le jour même. L’organisation avait annoncé un retrait entre 7H30 et 12H30 pour les fous de la diagonale. On c’est dit qu’on avait largement le temps, d’après ce que j’ai lu ça et là l’organisation est au top. Mais voilà un accident sur la route nous fit perdre une bonne demi-heure et quand on arrive à 10H c’est Eurodisney ! Une queue à n’en plus finir en plein soleil. Mais rien n’entamera la ferveur du moment … enfin pour l’instant.
Avec Charles on récupère nos dossard 1950 pour moi 1978 pour lui, on a l’impression d’y être déjà. On récupère les balises DotVision pour que nos familles et amis puissent nous suivre en live durant tout le périple, puis place à la queue pour les goodies et autres (Celle-ci, on aurait pu s’en passer). Enfin pour clôturer ce moment place aux emplettes et marchandising, ce sera tong et BD pour moi, malheureusement plus de super T-Shirt de course bleu électrique. Faut se faire plaisir, on ne viendra qu’une fois. 13H c’est l’heure de manger, on va déposer toutes nos affaires dans la maison, Charles repars sur St Gilles, on se voit demain.

Je crois que niveau restaurant on a atterrit dans un des pires buffets ou j’ai mangé, mais bon j’ai quand même réussi à m’en sortir. Le problème ce n’est pas la nourriture, mais ce mal de tête qui monte en rentrant à la maison. 3H en plein soleil, le bruit, l’excitation du moment, mon corps n’a pas aimé. Je tente de boire beaucoup pour faire passer, de me reposer au calme, pour l’instant rien y fait, et si on sortait pour les courses ? la sieste, même ça, ça ne marche pas. Il faut se rendre à l’évidence moi qui suis anti-médicament, je vais devoir prendre des dolipranes. 19H30 le repas et 2 dolipranes et ce qui devait arriver arriva, ça me fou une claque à 22H je suis au lit bien loin des 2H du matin prévu, je m’endors comme un bébé avec un sommeil de plomb. Résultat à 6H30 le lendemain je suis déjà debout après plus de 8H de sommeil. J’ai extrêmement bien dormi je pète la forme dès le matin. Mais la course c’est dans 15H !

La journée est dédiée à la préparation des sacs, et aux explications pour l’assistance à la famille. Au programme 6 points d’assistance, 3 chacun, les jeunes la nuit, les parents le jour.

  1. Marre à boue km 49, passage vendredi entre 6H et 9H (les jeunes)
  2. Cilaos km 64, base de vie passage vendredi entre 11H et 15H (les parents)
  3. Maido km 113, passage samedi entre 5H et 12H (les jeunes)
  4. Ilet Savannah km 129, passage samedi entre 8H et 17H (les parents)
  5. La possession km 144, passage samedi entre 12H et 23H (les jeunes)
  6. Grande chaloupe km153, à voir si je suis sur les temps limites après minuit le dimanche.

Alors les écarts pour les postes d’assistance sont larges, mais j’ai mis en place un fichier Excel qui recalcule les prévisions en fonction des temps de passage aux différents points, à la manière de live trail, mais un peu plus adapté à ma performance grâce aux données de la balise dotVision et de LiveTrail. C’est ma sœur qui est en charge de le remplir pour que les parents puissent s’adapter.

Une fois les explications terminées pour les points d’assistance place aux sacs. Au nombre de 6, ils devront contenir tout le nécessaire en fonction des points d’assistance, à savoir, nourriture, change, batteries, médical etc. … La stratégie est simple j’ai déballé toutes mes affaires comme pour faire la valise, j’ai d’abord fais le sac pour le départ, mis de côté mes vêtements pour la course, puis j’ai rempli les sacs un à un en fonction de la stratégie.

  • Marre à boue, arrêt 30 à 45minutes
    • Barre énergétique
    • Boisson à la menthe
    • Bande de strapp pour la descente
    • Récupération petite batterie téléphone chargée
    • Récupération batterie frontale chargée
    • Rendre batterie téléphone 5000mah à recharger
    • Rendre batterie frontale à recharger
    • Changement de short et t-shirt
    • Rendre manchons, cache coup et cache oreille
  • Cilaos, arrêt 2H
    • Barre énergétique, Sandwich, m&ms
    • Boisson à la menthe
    • Blueteens (élétrostimulation)
    • Rendre petite batterie du téléphone à recharger
    • Récupération batterie téléphone 10000mah
    • Compeed, tapp, strapp
    • Changement de short, t-shirt, chaussette, chaussure
    • Récupération manchons, cache coup, cache oreille
    • Rendre poche à eu 1,5L
    • Récupération flasque 500ml remplis en boisson de l’effort (pastille TA)
    • Douche
    • Repas chaud
    • Sieste de 30minutes
  • Maido, arrêt 45min à 1H
    • Barre énergétique, Sandwich, m&ms
    • Boisson à la menthe
    • Pastille de TA boisson de l’effort 500ml
    • Rendre batterie téléphone 10000mah
    • Récupération petite batterie téléphone
    • Changement de short, t-shirt
    • Rendre batterie frontale à charger
    • Récupération batterie frontale chargée
    • Rendre manchons, cache coup et cache oreille
  • Ilet Savannah, arrêt 1H30
    • Barre énergétique, Sandwich, m&ms
    • Boisson à la menthe
    • Pastille de TA boisson de l’effort 500ml
    • Blueteens (élétrostimulation)
    • Rendre petite batterie du téléphone à recharger
    • Récupération batterie téléphone 5000mah
    • Compeed, tapp, strapp
    • Changement de short, t-shirt, chaussette, chaussure
    • Repas chaud
    • Sieste de 30minutes
  • La possession, arrête 1H30
    • Barre énergétique, Sandwich, m&ms
    • Boisson à la menthe
    • Blueteens (élétrostimulation)
    • Récupération manchons, cache coup, cache oreille
    • A voir suivant l’heure
  • Grande Chaloupe, arrêt 1H
    • A voir
  • Stade de la redoute Saint Denis
    • Toutes les affaires pour s’habiller et se changer
    • A manger et à boire.

Chacun avait donc 3 sacs, une des consignes était de mettre dans le sac suivant tout ce que je n’avais pas pris du ravitaillement précédent. J’aurais forcément trop de choses mais au moins je ne devrais manquer de rien. Si vous regardez bien, l’objectif est d’avoir le moins de poids dans le sac suivant les périodes de la journée et d’avoir toujours des batteries rechargées pour le téléphone et la frontale. Au cumul ce n’est pas moins de 7H d’arrêt rien que sur ces points d’assistance. Je suis bien loin des arrêts éclairs des pros, l’objectif n’oublions pas est de terminer cette course tout en en profitant un maximum. Après tout ça reste du théorique sur de telle distance on ne sait pas ce qui peut se passer.

Voilà tout est prêt, je peux aller faire ma sieste. Mais voilà avec la nuit que j’ai passée, les batteries sont rechargées à bloc, pas celle du téléphone, hein, et je n’ai absolument pas envie de dormir. Et ce n’est pas la maison adjacente en travaux et l’immeuble en construction à 100m qui vont m’aider, entre découpage de taule et marteau piqueur. Il faut se rendre à l’évidence, je vais passer 1H allonger dans le noir à tourner et me retourner sans arriver à vraiment dormir. J’ai tout de même réussi à me détendre, mais pas de sommeil, la course est maintenant dans 5H.

Suite : En route pour une folie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.