10Km du 8ème

10Km_8ieme_parcourEt de deux. Et oui, les foulées du 8ème c’était ma deuxième course du paris running tour.
Après le très réussi 10Km du 14ième, je me lançais donc une semaine plus tard dans un nouveau 10Km. Objectif : faire un peu mieux. Mais vais-je y arriver vraiment ? J’ai peur d’avoir mis la barre trop haut lors de la première course.

Cette semaine je me suis reposé, je n’ai effectué qu’un seul entrainement en milieu de semaine. A la fin du 10 km de dimanche dernier j’ai eu très très mal au genou, mais mardi soir c’est passé. Je pense que je vais suivre les conseils d’amis et de coach, à savoir aller voir un podologue du sport.

C’est donc reposé, avec une crainte sur mon genou et peu d’entrainement que je file vers ces nouveaux 10 km. Objectif, on reprend les habitudes :
Minima A : 49min
Minima B : 52min
Minima C : 53min30

Comme d’habitude réveillé à 5h45 du matin, faut vraiment que j’arrête de stresser c’est pas bon, car je me rendors vers 6h15 pour un levé 7h30 un peu violent.

Je me dirige donc vers la course un peu fébrile.
Arrivée sur place, l’ambiance est top, échauffement fait par vital. Je n’y ai pas participé, y préférant mon échauffement spécifique pour mon genou. Mais j’ai quand même profité avec grand plaisir de la musique.

Je finis mon échauffement seulement 10min avant le départ, et là, surprise 10Km_8ieme_50minencore une fois, tout le monde ou presque est déjà agglutiné derrière le départ. Je repère au loin les meneurs d’allure. Signe du destin ou pas le meneur d’allure 50min, est orange comme ma tenue (oui oui je sais il m’en faut peu). Je me fraie comme je peux un chemin jusqu’à être à peu près à sa hauteur. Mon objectif du jour est simple : finir au plus proche de lui.

La particularité de ce 10 km est que c’est encore deux boucles de 5 km qu’avec du béton. Bon vous me direz avec des courses dans Paris je m’attendais à quoi d’autre. Bref mon genou va falloir qu’il fasse avec. Ensuite c’est un peu des petites montagnes russe (bisous chérie); mais je m’en apercevrai que pendant la course; de long plat montant et une grosse descente. Ça tombe bien ça me prépare au 10Km du tertre.
Autre petite particularité on croisera pas mal de monuments et on aura en ligne de mire l’arc de triomphe pendant près de 1 km.

Me voila donc sur la ligne, le top départ est lancé je me cale 10-15 secondes derrière le meneur d’allure à 50 min, mon but étant de le suivre le maximum de temps possible. Premier km, première grosse surprise je passe en 5:16, trop lent! Et ça, c’est le temps de mon GPS pour départ réel, l’objectif de 49 min est déjà loin. En plus le meneur d’allure est lui aussi en retard sur le temps officiel du coup je pense qu’il va accélérer. Il faut qu’à partir de maintenant j’arrive à le suivre, on verra quand je craquerai.

10Km_8ieme_fauxplatA peine le premier km digéré, vu le retard, j’accélère un peu (beaucoup même) et là surprise, on attaque le vif du sujet; un long faux plat montant, qui nous emmènera proche de l’Arc de Triomphe. Et je dois vous dire que je n’y étais pas trop préparé. Malgré tout, je l’ai avalé en à peu près 4min50, ce qui n’est pas mal du tout pour moi. Mais bon c’est pas fini, ça redescend très peu pour tout de suite repartir en faux plat montant vers le Parc Monceau vers 3,5 km. Je suis en 14:56 réel, sur mon gps, je me dis que c’est très bien, mais j’observe encore un décalage par rapport au marquage au sol qui augmente. Autre problème et pas des moindres une pointe sur le genoux droit. Je me dis qu’avec à peine 3 km ça va pas le faire. Je décide tout de même de garder le rythme.

10Km_8ieme_descenteDeuxième partie importante pour moi : la descente. Pour l’instant, par rapport au départ on a fait que monter. Va bien falloir que ça redescende, vu qu’on passe devant et que c’est aussi l’arrivée. Et bien cela interviendra en toute fin de boucle et ça se sent sur le chrono; 4min36 au km. J’expliquais lors de ma dernière course, qu’étant jeune je gérais parfaitement les descentes, elle me permettait de me relâcher, d’accélérer et même me reposer un peu.
Et bien là, ça a joué son rôle parfaitement, en plus, elle doit bien faire 500 mètres et est assez prononcée. Jusqu’ici je tenais le meneur d’allure entre 10 et 25 secondes de moi. Et bien là je l’ai rattrapé. Ça m’a donné un coup de boost qui n’a pas duré.

J’ai totalement loupé mon ravitaillement au 5ème km. Cette fois c’est totalement de ma faute, même si je ne comprends pas encore une fois pourquoi il était dans un virage (Messieurs les organisateurs, dans une ligne droite c’est mieux). En fait, j’ai bien pris mon verre d’eau, sauf que je me suis étouffé avec !!!!! Va vraiment falloir que je reprenne l’habitude d’en prendre de l’eau. Effet immédiat, je me retrouve à nouveau à 15 secondes du meneur d’allure. Même si en réel à mon GPS qui se décale je suis sur les bases de 50 min, au niveau des marquages au sol j’ai 24 secondes de retard au 6 km sur les mêmes bases.

Le moral étant bon, je me dis « c’est aujourd’hui que tu passes sous les 50 ». Plutôt que de faire comme lors de la dernière course et ralentir pour être sûr de finir, dans ma tête je me dis « je préfère exploser sans regret à 1 km plutôt que de ne pas tenter ». J’accélère donc dans ce long faux plat montant vers l’Arc de Triomphe. Je vois les lignes au sol et mon chrono qui n’indique plus que 19 secondes de retard au 7 km, mon rythme est supérieur à 12Km/H, et surtout je me dis qu’au dernier km il y a cette longue descente qui va me faire grappiller de précieuses secondes si je tiens.
8 km : plus que 6 secondes de retard. J’accuse à ce moment une baisse de régime, mais je me dis que mon rythme est tel que je regagnerai du temps.
9 km : je rattrape le meneur d’allure dès 50 min qui m’encourage. A ce moment là je me dis, c’est bon c’est fait, maintenant je vise un gros scratch pour moi. Je mets une grosse accélération dans la dernière petite montée avant la descente, et là mon genou craque. J’ai une douleur vive, mais qui va passer presque aussi vite. Je serre les dents et je me lance dans la descente. Dernière ligne droite, je suis à fond, je ferai les 400 derniers mètres en dessous des 3min/km soit 20km/H.

10Km_8ieme_tempsKmLe compteur officiel est devant moi je passe sous les 50 min!
Incroyable, improbable, si vite, si tôt dans l’année, j’ai presque envie de pleurer. Premièr objectif atteins, être sous les 50 mins. Je suis fou de joie, les gens me regardent bizarrement quand je vais récupérer tout sourire ma bouteille de coca et que je sautille. Ils ne savent pas d’où je viens, je ne pense plus à mon genou, mais juste à cette réussite et ma ptite femme qui dort que je ne peux pas encore appeler n’ayant toujours pas réglé mon problème de téléphone. Après l’accident, je ne pensais jamais pouvoir recourir comme ça. Cela laisse de belles perspectives

Les temps :
officiel : 49min43secondes
réel : 49min19secondes

10Km_8ieme_medaille_face10Km_8ieme_medaille_dos

Voila maintenant j’ai 8 semaines de préparation avant la prochaine courses, les foulées du tertre à Montmartre. Je ne courais pas la course de la saint valentin pour faire plaisir à ma femme. Je suis pour la paix des ménages, elle me laisse les 10 week-end de course, la Saint Valentin étant importante pour les femmes russes, alors je la passerai avec elle.

En rentrant à la maison, j’ai mis de la glace sur le genou pour éviter d’avoir mal comme la semaine dernière. Je vais aussi planifier un RDV chez le podologue.

paris_running_tour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.