10km du 19ème 2014 – récit

10Km_19eme_parcLes 10km du 19ème 2014 était ma 3ème course en 5 semaines. Autant dire un rythme effréné pour un amateur.
Mon corps arrive là bas fatigué et endoloris. Je souffre d’une douleur à la cheville droite, mon dos me fait encore mal, comme les fessiers et pour couronner le tout je ressens une grande fatigue.

Dans le challenge du paris running tour j’avais pu lire ça et là que la course de Montmartre avec son dénivelé était de loin la plus dure. Je ne sais pas si c’est du au sacré coeur et sa carte postale de vue sur Paris qui fait cet effet; mais en arrivant sur la course du 19ème au parc des buttes Chaumont je sens qu’on m’aurait menti.

L’arrivée sur place …

10Km_19eme_echauffementContrairement aux autres courses où le départ est à 10H, pour celle-ci, il est à 9H. Heureusement j’habite pas très loin. Le levé est plutôt difficile, mais une fois sur place, grand soleil et l’ambiance pour l’échauffement plutôt bonne ce qui donne tout de suite la pêche. Du coup je me prête un peu au jeux de cet échauffement matinal. Je sais que ce n’est pas la grande forme, ce n’est donc pas aujourd’hui que le record tombera. En plus le profil de cette course s’annonce comme celle de Montmartre, ça pimentera un peu la journée

Le départ est pour bientôt et là surprise; il n’y a pas de meneur d’allure! Bon et bien ça ne va pas être simple de se jauger sur cette course. Ce sera au final un test grandeur nature sur mes capacités à gérer une course.

Le soleil étant fortement présent je bois un peu jusqu’au dernier moment, et arrive à me placer vers le début de la foule.

Le départ

Le départ est donné assez rapidement juste le temps d’enclencher le chrono que je passe la ligne. Expérience nouvelle en étant devant; ça court vite.
J’entends une voix qui dit :

ca part trop vite

et en montée en plus. Ca zigzag dans tous les sens. Après à peine 500m une forte envie d’uriner me prends. J’ai bu trop d’eau cette fois et pas pris les précautions nécessaires avant le départ. Il faudra faire avec jusqu’à ce que ça passe au 6ème kilomètre.
Le temps au premier kilomètre est bon en plus de la montée; 4’37, le deuxième descend 4’17. Je me prends à rêver d’un record sur un parcours accidenté en étant fatigué; ce qui annoncerait des temps canon en des jours meilleurs.J’essaie de caler mon rythme sur 4’30, mais c’est difficile entre les montées et les descentes.

Du rêve … à la réalité

Au 3ème je me prends à rêver avec mon GPS qui annonce 4’36 sur le dernier kilomètre. Je suis sur des bases inférieurs à 45minutes sur le 10Kilomêtres. Mais je remarque aussi un décalage avec les marquages des kilomètres au sol de l’organisation. En gros pour chaque Kilomètre de mon GPS j’ai 20-30mètres de décalage; soit 2 à 3% d’erreur ce qui est énorme. Rapporté à la distance rajouterais 1 à 1minute30 et me rapprocherait des 46min, mon record sur du plat tout de même.

Vous remarquerez que tous les GPS ont plus ou moins de mal à gérer les virages. Plus ils sont serrés, moins ils sont bien calculés. Ce qui fait que vous vous retrouvez souvent avec des trajectoires coupées par rapport à la réalité. Et lors de cette course il y a pas mal de virage serrés.

A la fin du 3ème kilomètre on entame les choses sérieuses ça commence à monter, et ce que je ne ressentais pas avant dans les descentes je le ressens maintenant. Je suis en sur-régime. Les jambes 10Km_19eme_denivelesont lourdes et je ralentis fortement sans m’en rendre compte. 4’51, alors que ça monte légèrement seulement pour l’instant. Mon orgueil en prend un coup.
Je me concentre sur ma foulée lors de la longue montée dans le parc des buttes Chaumont, ce qui limite la casse je suis en 4’56. Mais je cherche mon souffle et le ravitaillement; qui n’apparaitra qu’entre le 5ème et 6ème. J’ai chaud je bois, je ralentis, je suis en 5minute. Tout espoir de record s’envole.
Retour à la réalité, mon corps me crie qu’il a mal partout, mais je n’ai plus envie d’uriner j’ai même soif. La montée était interminable, je dirais près de 2Km non stop.  En plus elle intervient à la mi-parcours; Depuis 3,5Km au niveau du rond point au nord du parc, vers le sommet du parc à 5,5Km. Ce qui demande beaucoup d’énergie. Montmartre à coté offre moins de résistance, en ça la cote des buttes Chaumont à elle seule rend le parcours beaucoup plus dur que la course de Montmartre.

La relance

Au profit du haut de la cote on entame la descente et après le petit verre d’eau et quelques centaines de mètres je me relance. Je vous le disais déjà à Montmartre, les descentes c’est mon dada, ça me permet de me reposer un peu et même d’accélérer. Et le chrono s’en ressent 4’24 pour le 7ème kilomètre, mais je pense que là mon GPS n’a pas correctement enregistré il manque bien 50mètres.

Pour le 8 et 9ème kilomètre je me retrouve entre 2 groupes à bonne distance. En vélo on aurait dit que je suis en chasse patate. Aucun repère, aucune aide ça fait vraiment bizarre pour une course j’ai l’impression d’être à l’entrainement. Faut dire la montée suivie de la descente ça a un peu fait exploser tout le monde avec ce grand soleil qui donne chaud. Je fais donc 2Kilomètres seul à un rythme de 4’45, c’est tout ce que je peux donner.

10Km_19eme_arriveeJe me fais alors doubler par un concurrent et décide de l’accrocher. C’est le dernier kilomètre, ça monte il faut tout donner, on est sur une base proche des 47’30, faut tenter sous les 47′. Je m’arrache, je double énormément de coureurs un peu à la dérivent dans cette dernière montée. Je suis au sprint au moment de rentrée dans le parc, sauf que le virage est presque à 180°, du coup je dérape sur les gravillons et manque de m’étaler à 200mètres de la ligne. C’est le moment choisis par mon GPS pour m’annoncer le 10ème kilomètre. Il y a donc bien un décalage. J’essaie d’accélérer encore, les jambes sont lourdes c’est dans la tête maintenant. Je rattrape sur la ligne un groupe d’une dizaine de coureurs c’est le slalom pour franchir la ligne et m’arrêter. J’en profite pour donner un conseil. Ne vous arrêtez pas net une fois la ligne passée, d’autres arrivent derrière à fond, et c’est limite l’accident.

Je sais que le temps est au dessus des 47minutes. Mais bon je suis content de la performance sur cette course que je conseillerais à tout le monde. Elle pousse vraiment dans les retranchements sur un 10Km avec cette longue montée.

Temps officiel 47’20, classement 307/987 (à 8 places près je marquais 10pts de plus au challenge)
Temps réel 47’14, classement 315/987

The type: 349598133 is wrong

powered by EndomondoWPlogo

L’ambiance d’arrivée est bonne j’en profite pour faire la séance d’étirement collective, au milieu du parc sur l’herbe c’est vraiment sympa.

A cette course je commence à ressentir la difficulté d’enchainer les courses tout au long de l’année quand on reprend le sport. La fin du challenge et la prochaine course, 10Km france de iles, s’annoncent difficile. Je suis réconforté par mon classement provisoire au Paris Running Tour, sénior Homme, 41ème. Je me prends au jeux du classement chose que je n’aurais pas imaginé avant.

10Km_19eme_classement_prt

paris_running_tour