10Km du 14ième

10Km_14ieme_parcourVous connaissez la loi de Murphy? Ou loi de l’emmerdement maximum, qui dit « Tout ce qui peut mal tourner, va mal tourner », Et bien depuis samedi fin d’après midi jusqu’à la fin de la course, c’était un peu ça!
Bon, je vous rassure j’ai quand même fini le 10 km et plutôt très bien. On en reparle après.

Samedi, dans la journée je commençais à me préparer psychologiquement. Après mon dernier article mon téléphone s’éteint, je le met à charger éteint pour que la batterie soit au top. Quelques heures après je le rallume et là malheur! Plus de réseau plus aucune carte sim ne passe dedans! Je me souviens que la dernière fois sans sim je n’ai pas réussi à lancer l’application endomondo avec GPS du coup pas de chronomètre, c’est la panique. J’essaye de trouver un moyen mais rien sur le net de très rassurant. Du coup je me couche tard (minuit) en mode énervé.

La nuit, je dors très mal chaud froid, je tourne, me réveille à 5h du mat me rendors, bref la cata.

Le matin, je me lève, enclenche mon tel, met le wifi et l’application en marche, le pose sur ma fenêtre et là miracle, ça capte, enfin l’application endomondo et le GPS. J’espère juste qu’après le métro ce sera pareil. Du coup, je ne fais pas attention, je ne suis pas en avance. J’arrive au métro (5 min de chez moi), et boum, j’ai oublié ma carte de transport. Demi-tour. C’est qu’avec tout ça je loupe presque le départ! Juste le temps de m’échauffer que tout le monde est agglutiné derrière la ligne de départ.

echauffement_10Km_14Avant de vous raconter la course, il faut savoir qu’à l’arrivée, je ne me trouve pas sur la liste des résultats, ma puce top chrono a un peu déconné et j’ai dû aller voir au niveau du chrono pour qu’ils me retrouvent!
Je m’en souviendrai de ce premier 10 km du paris running tour.

Bon allez, je vous raconte la course.

Les 10 km du 14ième est une course dont la particularité est 2 boucles de 5 km, mais à part ça que du béton et très peu de dénivelé. Le béton pour mes genoux j’appréhende un peu quand même.
Me voilà donc sur la ligne de départ, il est 9h25, plus que 5 minutes avant le départ, le stress monte, je regarde les meneurs d’allure qui se regroupent.depart_10Km_14 Allez, soyons fou le bleu 50 min c’est mon objectif.
J’essaye de me caler derrière mais je trouve le départ mais pas top, il y a des voitures stationnées.du coup je me retrouve un peu sur le coté de l’axe de départ, on fera avec mais c’est dommage pour l’organisation.

J’ai mis ma veste de pluie et de froid au cas où mais en fait j’aurais pas dû. A l’arrêt, il fait un peu froid, mais en course j’ai eu chaud, enfin pas tout le temps vous verrez.

Le départ est donné, j’essaye de trouver ma place dans la foule et mon rythme, mais sur un départ comme ça on fait un peu comme on peut. Je fixe le drapeau bleu devant, premier km 5’10 sur mon appli. Je me dis que pour viser les 50min il me faut accélerer un peu. Résultat 14’55 au 3ième km.

Mais là, les ennuis commencent, le meneur d’allure s’éloigne, les 50 c’est sur le temps officiel apparemment, et moi j’ai dû passer la ligne avec bien 1min30 de retard, du coup, même en ayant accéléré, le drapeau s’éloigne et je finis par le perdre de vue. De plus, l’accélération brutale m’a donné une petite douleur aux genou.

Je ne perds pas de vue que mon objectif premier est de finir. Je ralentis donc l’allure et passe sur un rythme de 5’10, je me cale sur le rythme d’une jeune fille dont j’ai entendu son objectif à 52min, je regarde 10Km_14ieme_descentederrière moi et ne vois pas le meneur d’allure du 55min. A ce moment, je me dis que tant qu’il est derrière moi c’est bon.
On passe une portion qui monte et qui descend, et là je fais parler l’expérience, dans les descentes quand je courais je grillais tout le monde, j’avais cette faculté à me laisser aller et accélérer sans me fatiguer, limite ça me repose. Je repère l’endroit entre le 3 et 4, car à mon avis il me servira dans la deuxième boucle.

A l’approche de la fin de la première boucle je perds de vue la jeune fille sur laquelle je m’étais calé, c’est pas grave, le ravitaillement est proche. Et là, catastrophe, je ne sais pas si j’ai la poisse avec les ravitaillements, mais c’est presque comme pour les bacchantes, Tout le monde s’agglutine, je vois un bénévole s’avancer avec des verres, il me regarde, c’est pour moi le verre je le prends et me mets sur la gauche pour gêner personne. Et là, un coureur, je sais pas ce qui lui prend il se décale violemment sur la gauche, et se stoppe presque. Sauf qu’il fait ça 10 cm devant moi. Résultat : je me renverse les 3/4 de mon verre d’eau sur moi en voulant le sauver et en percutant le gars. Sauf que j’avais commencé à ouvrir ma veste comme j’avais chaud. Me voila donc mouillé et les gants trempés. Ça c’est pas grave je les retire de toute façon je commençais à transpirer des mains.

Nous voila donc engagés dans la deuxième boucle et je suis mouillé. Heureusement, je vais tellement avoir chaud que ça va sécher rapidement. Merci les T-Shirt dry feet. A l’arrivée du 6ème km, je me sens mieux, mon genou ne me fait pas mal, je suis en 30’20, je me dis que l’objectif de 50 minutes réel est peut-être atteignable et j’essaye dans un premier temps de me caler sur 5 min au km pour voir ce que ça donne. En revanche, chose bizarre, chaque km est marqué au sol et plus ça va plus, plus mon application annonce les km avant les lignes. Je me dis qu’il doit avoir une erreur et qu’à la fin ça se règlera, mais en fait non, mon appli qui d’habitude a tendance à mesurer moins, là elle mesure  150 mètres de plus.

Au 7ème, je suis en 5 min et décide d’accélérer.
Là c’est totalement tactique. Dans ma tête je me dis que du 7 au 8 ça devrait le faire, il va y avoir la petite descente où je vais bien récupérer, du 8 au 9 ça devrait le faire après la petite récupération de la descente, et le dernier km au mental et ça je sais faire. Et bien ça ne s’est pas du tout passé comme ça.

L’accélération a duré 200 mètres et là, j’ai eu cette sensation, dans tout mon corps que je connais bien et qui commence par une sorte de frisson et qui m’alerte; si je continue comme ça je ne tiendrai que 500 mètres. arrivee_10Km_14Du coup, je m’oblige à ralentir un peu et en fait, je me recale sur du 5min/Km. Je me dis alors qu’une grosse accélération en fin de course, sur 500 mètres me permettra peut être de grappiller les secondes manquantes. Et encore une fois, ça ne s’est pas passé comme ça. J’ai plutôt lâché prise dans le dernier km, et y suis allé au mental. En plus, le problème de distance de l’appli ne s’est pas réglé, du coup j’ai accéléré sur la fin, un gros sprint de 150 mètres, temps de l’appli 51:13 (enfin moins, j’ai oublié de l’arrêter tout de suite). Les temps officiel, 51:04 réel et 51:48 pour la course.

10Km_14iemeMais pas une minute je ne serai déçu; ce temps pour moi est inespéré, en 6 mois j’ai gagné 5 min 20 secondes. C’est juste énorme. Alors un avertissement, si vous reprenez, ne vous attendez pas forcément à faire une telle marge, dans mon cas, les poumons sont toujours là, la capacité à courir vite sur de longues distances je l’avais déjà, en revanche c’est mon genou qui pose problème aujourd’hui.

Je suis trop content de cette course et vous donne RDV la semaine prochaine, le 26 janvier 2014 à 10H, pour un autre 10Km du paris running tour, à savoir les foulées du 8ième dans le bois de Boulogne.

paris_running_tour

MAJ 23/01 : Durant cette course j’ai fais la rencontre des lapins runners, un couple fort sympathique de coureur qui m’ont fait découvrir par mail la runnosphère .

 

One thought on “10Km du 14ième

  1. Salut Clément!
    Ravis d’avoir fait ta connaissance à l’occasion du 10Km du 14ème. Un grand bravo pour ton courage à la suite de ton tragique accident en scooter. Nous suivrons régulièrement ta progression dans le PRT. Au plaisir de te retrouver sur une prochaine course!
    Les Lapins Runners.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.